L’inflation en Belgique a ralenti. Elle s’est repliée au deuxième trimestre 2017 pour s’établir à 2,0 % en moyenne (contre 3,0 % au trimestre précédent). "Ce ralentissement de l’inflation s’explique essentiellement par une forte diminution du rythme de progression des prix pour les produits énergétiques et par une baisse des prix sur un an pour les produits alimentaires non transformés", explique Peter Van Herreweghe, conseiller général à l’Observatoire des prix. Quand vous souhaitez savoir beaucoup, vous pouvez chercher plus d'articulateur dentaire sur www.athenadental.fr



Il en ressort que, sur 146 milliards d'euros de dépenses totales d'Assurance-maladie, le premier budget concerne les hospitalisations ponctuelles, avec 29,9 milliards en 2011. Chirurgie de la cataracte, prothèses de hanche, endoscopies… «Ce sont ainsi 7,3 millions de personnes qui ont connu une hospitalisation ponctuelle sur l'année», précise l'Assurance-maladie.

Les soins dentaires: les prix ont augmenté de 19,5%, comme l'obturation de cavité (soigner une carie). Le prix n'a pas augmenté pour tout le monde, seulement pour ceux qui ne vont pas chez le dentiste chaque année comme il est conseillé. Ces personnes-là paient leurs soins plus chers. Les carburants et le mazout de chauffage: l’inflation a été respectivement de 9,7 % et de 14,7 % par rapport aux mêmes périodes de 2016, en raison de la progression nettement moins forte du cours moyen du pétrole sur un an (12,5% contre 63,1 % au premier trimestre). 

Toutefois, la Sécu relève surtout «le poids majeur des pathologies lourdes et chroniques dans les dépenses de santé, avec 92 milliards d'euros de remboursements en 2011, soit près des deux tiers des dépenses totales». Parmi elles, les maladies et les risques cardiovasculaires représentent plus de 30 milliards d'euros (voir infographie).

Le gaz naturel: une augmentation de 7,3%, Cette hausse est due à l’augmentation du coût de la composante énergétique en glissement annuel. Le beurre: une augmentation de 11,3% car moins d'agriculteurs en produisent, mais la demande est toujours là, ce qui fait augmenter le prix. Le tabac à rouler: une augmentation de 9,7%,  l'augmentation est liée à la hausse des accises dans le cadre des mesures de financement du tax shift. Les télécommunications: elles ont augmenté de 2,3%. Les boissons alcoolisées: une hausse des prix plus prononcée. L'inflation belge des produits alimentaires transformés (alcool et tabac) est nettement supérieure à la moyenne des pays voisins en 2016.