L’ONCD a présenté le 27 septembre 2017 un rapport sur « l’accès aux soins bucco-dentaires » qui décrit entre autres les actions, associations et réseaux dédiés à la prise en charge des personnes âgées dépendantes, en situation de handicap ou de précarité ». Ce rapport s’accompagne d’une cartographie précise de l’offre et de la demande de soins sur tout le territoire ». Quand vous avez besoin de comprendre en détail,vous pouvez vérifier plus de lampe à polymériser dentaire sur www.athenadental.fr



Cela concerne les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), « bénéficiant d’un cabinet dentaire dédié intra ou extra muros ou d'un réseau », « d’unités dentaires mobiles », notamment en Normandie avec le réseau RSVA ou le bus Paca ou d’expérimentations de dépistage par télémédecine comme Tel-e-dent dans la Creuse.Pouvez-vous expliquer la fonction de micromoteur dentaire?

Le président de l’ONCD a précisé que « mis à disposition des organisations institutionnelles et des associations de santé, l’objectif de la cartographie, outre les informations pratiques qu’elle propose, est de chercher à créer une impulsion décisive permettant une multiplication des dispositifs pertinents, basés sur des modèles efficients mis en place sur le territoire ». L’ONCD a également rappelé les « nombreuses infractions déontologiques » commises par la société Incisiv qui intervenait au sein des Ehpad, des « soins non conformes », « absence de publication des contrats entre les praticiens et la société ».

Quant aux praticiens diplômés hors de France, qui représentent selon une étude du ministère de la santé parue le 26 septembre 2017 31 % des nouveaux inscrits, le président de l’ONCD a dit « vouloir attirer l’attention des pouvoirs publics sur la responsabilité qui incombe à l’ordre de devoir inscrire ces praticiens sans avoir les moyens de vérifier la nature de leur formation ». Selon lui, 10% des chirurgiens-dentistes formés dans l’Union européen « n’ont jamais touché un patient ni même réalisé un examen clinique ».

L’ONCD préconise également une obligation d’indiquer la faculté où le diplôme a été obtenu sur la plaque. « C’est une solution qui serait légale mais qui peut aussi apparaître comme discriminante » a précisé Glibert Bouteille.