Usson-en-Forez est une commune du Haut-Forez de 1 500 habitants, dotée d’un chirurgien-dentiste, Patrick Chambon. Ce dernier âgé de 57 ans pense prendre sa retraite dans cinq ans et souhaiterait à ce jour diminuer son temps d’activité, en attirant sur le secteur un ou une nouvelle dentiste.  Vous pouvez vérifier plus de Thermoformeuse dentaire sur outil dentiste



J’ai succédé à Alex Folléas en 1983. Le cabinet était alors rue Poncetton, au château. En 1987, je suis venu m’installer dans l’actuel cabinet de la route nationale. Cela fait trente-trois ans que j’exerce en partageant mes quatre journées de travail pour trois quarts à Usson et un quart à Saint-Anthème. Je pense partir d’ici cinq ans et j’ai conscience que cela ne va pas être facile vu les expériences de confrères du secteur qui n’ont pas trouvé repreneurs. Pourtant, le travail ne manque pas. Je fais des journées de dix heures à un rythme effréné, avec entre 40 et 45 patients par jours ! Qu’est-ce que les moteurs d’implantologie ?

C’est pourquoi j’aimerais lâcher du lest. Ceci a forcément un impact sur mon quotidien et les délais d’attente dans le suivi des patients. Il faut au moins un délai de quinze jours pour obtenir un rendez-vous et je ne prends pas de nouveaux patients hors commune. Non. Il y a deux ans, une jeune consœur est venue travailler ici. Après réflexion et par choix de vie, elle a préféré partir dans la plaine. Je peux comprendre, car venir à la campagne c’est aussi une philosophie de vie. 

Absolument, mais à Usson on ne peut pas parler de désert médical. Il y a dix ans nous avons eu la chance de voir deux médecins s’installer sur la commune, il y a un kiné, une ostéopathe, des infirmières, une pharmacie. C’est un fait exceptionnel pour une zone rurale de moyenne montagne. Malgré tout, nous restons une zone sous dotée en dentistes.  Elles se développent de plus en plus, mais on a toujours un train de retard. Certes, je sais que monter un projet de ce type représente de nombreuses contraintes (coûts de fonctionnement, critères pour les normes d’accessibilité, etc.). En tout cas, ça engage la réflexion.