Des prothésistes dentaires exercent illicitement la profession d’odonto-stomatologistes. Un décret portant sur la réglementation de leur fonction vient d’être adopté.La santé bucco-dentaire est en danger. Des prothésistes dentaires exercent illicitement la fonction d’odonto-stomatologistes. Le communiqué du conseil de gouvernement, portant sur l’adoption du décret fixant les conditions et les réglementations de la profession des prothésistes dentaires, a même précisé, hier, que ce phénomène a tendance à s’étendre, surtout dans les grandes villes. Quand vous souhaitez savoir beaucoup, vous pouvez chercher plus de Lampe de diagnostic sur produits dentaires.



« Je dirais que 80% d’entre eux ne respectent pas leur fonction. Dès qu’ils affichent une plaque annonçant qu’ils ont un local quelque part, c’est illégal. Ils doivent toujours travailler avec les dentistes », explique le Dr Eva Ranivoharilanto, vice-présidente de l’ordre des odonto-stomatologistes.Certains font des soins et vont jusqu’à extraire des dents. D’autres ne se gênent pas de tromper leurs clients en portant des blouses blanches, en aménageant leur local comme un cabinet dentaire, en exhibant de faux diplômes ou encore, en inscrivant de fausses ordonnances, si on se réfère à ce qui a été indiqué dans le conseil du gouvernement, hier. Présentation d’un micro moteur N7S S04 avec pièce à main :

«C’est tout à fait hors de leur compétence », souligne l’Ordre des odonto-stomatologistes.Des odonto-stomatologistes constatent une abondance des cas de compli- cation, suite à cet exercice illicite. «Les patients arrivent chez nous, les gencives très enflées. En examinant de plus près, on constate que c’est une résine qui a été placée dans le trou. C’est inadmissible, un vrai dentiste ne ferait jamais cela. 

D’autres placent la prothèse, même si des racines n’ont pas été extraites. Cela ne se fait pas », donne comme exemple le Dr Eva Ranivohari-lanto.Le métier de prothésiste dentaire et celui d’odonto-stomatologiste sont différents, mais complémen-taires.Les prothésistes dentaires ne doivent s’occuper que de la conception des prothèses dans les laboratoires. Ce sont les odonto-stomatologistes qui prennent le moule d’empreinte, font l’essayage et la mise en bouche. « L’hygiène buccale est délicate. 

Il ne s’agit point d’éliminer la profession de prothésistes dentaire et de technicien de laboratoire de prothéses dentaires, mais plutôt de la réglementer, afin que ces derniers soient de vrais « compagnons de travail » pour les odonto-stomatologistes », indique le communiqué. Le détail de ce décret n’a pas encore été communiqué.