Comme nous le savons tous, le droit social en France, quel que soient les secteurs d’activité est particulièrement peu flexible, forçant les entreprises à s’adapter, à faire preuve d’imagination et à utiliser le système D. Lorsque l’entente est cordiale au sein du cabinet entre praticien et assistante, tout se passe en règle générale plutôt bien, l’intelligence collective dépassant les règles parfois absurdes d’un droit du travail déconnecté de la vie économique et de ses aléas. Quand vous souhaitez savoir beaucoup, vous pouvez chercher plus de Lampe de diagnostic sur produits dentaires.



Mais hélas, lorsque les relations se tendent entre le chef d’entreprise et ses subordonnées puis deviennent conflictuelles, le pragmatisme et la souplesse d’en temps, qui constituaient une véritable force deviennent une véritable faiblesse face à un tribunal prud’homal peu enclin au compromis et à comprendre les particularismes du monde dentaire. Pouvez-vous présenter la pièce à main à ultrasons Sonic ?

L’assistante munie de ses précieux carnets de suivi fait alors l’inventaire de ses heures supplémentaires majorées à 25 %, au titre des 8 premières heures au-delà de la sacro-sainte durée légale de 35 heures, et à 50 % au-delà, et présente avec conviction la facture au tribunal, qui confirme dans la quasi intégralité des cas rencontrés, la réalité des prestations effectuées.

Nous avons souhaité dans cet article faire un point sur la règlementation applicable aux cabinets dentaires pour guider les praticiens dans le maquis règlementaire, en constante évolution. En l’état actuel des choses un salarié embauché sur la base d’un temps plein effectue 35 heures hebdomadaires généralement réparties en 4, 5 ou 6 jours de travail sur la semaine, et il peut prendre 5 semaines de congés payés par an.

En l’état actuel des choses un salarié embauché sur la base d’un temps plein effectue 35 heures hebdomadaires généralement réparties en 4, 5 ou 6 jours de travail sur la semaine, et il peut prendre 5 semaines de congés payés par an. quant aux chirurgiens-dentistes et orthodontistes, ils ont l’obligation d’appliquer au sein de leur cabinet la convention collective des cabinets dentaires. Nous vous conseillons néanmoins d’organiser une réunion informelle afin d’en expliquer le principe à vos salariés et de formaliser l’instauration de la nouvelle organisation par un courrier recommandé ainsi qu’une note de service affichée en interne.