Un cabinet dentaire mis en place dans l'Hôpital, grâce à la première convention nationale signée entre l'EHPAD et les chirurgiens dentistes libéraux. L'Ehpad de Pézenas possède, depuis septembre 2016, un cabinet dentaire dédié à ses résidents. Lors de son inauguration officielle, mercredi, Lætitia Brini, directrice de l'hôpital, accueillait Nicolas Noguier, représentant de l'Agence régionale de santé (ARS), et Olivier Davron, président du conseil de l'ordre départemental des chirurgiens dentistes. Vous pouvez vérifier plus de Thermoformeuse dentaire sur outil dentiste



L'occasion pour elle de rappeler l'historique de ce « projet voulu et construit de longue date par les équipes du centre hospitalier. » Revenant sur l'objectif de ce projet, afin d'en dresser un premier bilan après six mois de fonctionnement, elle soulignait : « Tout d'abord, c'est un projet qui répond aux enjeux de santé publique liés aux personnes âgées : l'accès, la qualité, la continuité et la sécurité des soins, pour lesquels un centre hospitalier de proximité a un rôle primordial à jouer. Ensuite, c'est un projet qui répond aux besoins des personnes âgées, notamment celles en perte de mobilité.  Connaissez-cous le types de fraises dentaires ?

Le renoncement aux soins, trop souvent constaté lorsque le transport et la prise en soins sont complexes, nous a alertés sur la nécessité d'un tel service. Il répond aux attentes des résidents, des personnels de soins et des médecins. » Laetitia Brini rappelait aussi que cette démarche expérimentale avait permis d'associer des praticiens libéraux aux centres hospitaliers de Pézenas et de Béziers. C'est grâce à des crédits non reconductibles de l'ARS (45 000 €), que l'hôpital a pu construire la salle, acheter le matériel en 2015, et commencer les vacations des praticiens en 2016. 

« Bien que je sois convaincue que les soins bucco-dentaires restent une priorité pour l'ARS, en 2017, aucun crédit sur ce thème n'a été validé à l'établissement. C'est pourquoi, je réitère ma demande d'accompagnement, afin de pérenniser le dispositif et, pourquoi pas, d'étendre ses possibilités », insistait la directrice. De son côté, Nicolas Noguier exprimait sa satisfaction : « L'ARS a souhaité impulser une dynamique d'amélioration de l'hygiène bucco-dentaire des personnes âgées dépendantes, partant sur le principe que les bénéfices médicaux, psychologiques et sociaux sont multiples. »